L’ARSN s’enrichit de nouvelles compétences en Radioprotection

ARSN - Autorité de radioprotection, de sûreté et de sécurité nucléaires

Renforcement des capacités professionnelles

 

L’ARSN s’enrichit de nouvelles compétences en Radioprotection

 

Du 02 novembre 2020 au 02 Avril 2021, deux agents de l’ARSN, proposés par la Direction Générale, ont participé à la formation Post-universitaire sur la Radioprotection et la Sûreté des Sources de Rayonnements Ionisants (PGEC) pour les pays d’Afrique francophone.

Cette formation supérieure en Radioprotection organisée par l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) en coopération avec le gouvernement Marocain à travers le Centre National de l’Energie, des Sciences et des Techniques Nucléaires (CNESTEN) et l’Ecole  Mohammadia d’Ingénieurs s’est déroulée à Rabat au Maroc et a vu la participation de seize (16) pays d’Afrique francophone. Ainsi, durant 05 mois, 28 participants dont onze (11) femmes et dix-sept (17) hommes de l’Algérie (02), du Bénin (02), du Burkina Faso (02), du Burundi (01), du Cameroun (02), de la République Centrafricaine (01), du Tchad (01), du Congo Brazzaville (01), de la Cote d’Ivoire (02), de la République Démocratique du Congo (02), de Djibouti (01), du Maroc (05), de la Mauritanie (01), du Niger (02), du Sénégal (01) et du Togo (02), ont suivi la formation spécialisée de l’AIEA qui a pour but de renforcer les capacités des professionnels des différents pays dans le domaine de la radioprotection et de la sureté nucléaire.

Cette formation, englobant tous les aspects de la Radioprotection des Sources de Rayonnements Ionisants, avec une durée de 600 heures réparties sur vingt-deux (22) semaines, était basée sur le nouveau syllabus de l’AIEA dont le contenu est subdivisé en douze (12) modules. L’enseignement dispensé a été fait sous forme de cours théoriques, de travaux dirigés, de travaux pratiques, de visites techniques suivis d’un mémoire, sous forme de mini-projet, soutenu devant un jury. 

La formation a donc permis aux participants d’acquérir entre autres compétences :

ü Les notions fondamentales de la physique nucléaire et de la radioactivité ;

ü Les différentes interactions des rayonnements avec la matière ;

ü Les grandeurs et unités (physiques, radiométriques, dosimétriques, de protection et opérationnelles)  

ü La radiobiologie et les effets biologiques des rayonnements ionisants

ü Le système international et le cadre réglementaire,

ü L’Evaluation des expositions externes et internes aux rayonnements ionisants

ü La radioprotection dans les différents types d’expositions (planifiées, urgentes, et existantes)

ü La radioprotection dans les mines

ü L’étalonnage des équipements de radioprotection

ü Les différentes types et techniques de contrôle (non destructif, qualité …)

ü Le transport des matières radioactives

ü  La gestion des déchets radioactifs

ü La gestion des situations d’urgences radiologiques

ü Le calcul de blindage dans les différentes installations

ü La radioprotection en radiothérapie et en médecine nucléaire.

Cette liste de compétences n’étant pas exhaustive.

Au terme de cette formation, les deux participants de la Côte d’ivoire, M. SORO Lacina et Madame KOKORA Patricia, ont brillamment obtenu leur certification avec respectivement les mentions Très bien et Assez-Bien. Ils intègrent désormais la famille restreinte des experts en radioprotection de la Côte d’Ivoire. C’est donc à juste titre que le Directeur Général de l’ARSN, le Professeur MONNEHAN Georges Alain, les a félicités et s’est réjoui de l’avènement de ces nouvelles compétences qui vont à coup sûr apporter un plus dans la mise en œuvre de la mission de l’Autorité de Régulation qui est de protéger l’homme et l’environnement contre les effets néfastes des rayonnements ionisants. Il faut noter que cette formation était à sa 11ème édition au Maroc et sa 1ère édition avec le nouveau syllabus. Les regards sont désormais tournés vers l’Algérie qui abritera la prochaine édition 2021-2022 du PGEC avec l’espoir que la Côte d’Ivoire et particulièrement l’Autorité de Radioprotection, de Sûreté et Sécurité Nucléaires (ARSN) seront à nouveau dignement représentées.

 

L. S.

 

TOP